- Départ de Rémy Le Vot -

Accueil > ACTUALITÉS > Départ de Rémy Le Vot
Départ de Rémy Le Vot

Directeur depuis vingt-huit ans du groupe scolaire Notre-Dame de Campostal, ancré à Rostrenen et Gouarec (Côtes-d’Armor), Rémy Le Vot s’apprête à partir à la retraite. Il sera remplacé par Charlotte Rousselet.

Écouter

Il a fait toute sa carrière dans le groupe scolaire Notre-Dame de Campostal, ancré à Rostrenen et à Gouarec (Côtes-d’Armor), en Centre-Bretagne. Embauché en tant que professeur d’histoire-géo, un poste qu’il a assuré durant dix ans, Rémy Le Vot a été nommé à la direction de l’établissement. Au terme de ces trente-huit années, le Trégorrois partira à la retraite en juillet 2021.

Depuis quand êtes-vous directeur du groupe scolaire Compostal ? 

J’ai pris la succession de Christian Gautier, à la direction de l’établissement de Rostrenen en 1993. Mon prédécesseur, pour sa part, avait été nommé directeur en 1977, après l’abbé Radenac.

En somme, depuis 1955, trois directeurs se sont succédé. Preuve que longévité et fidélité sont une tradition à Campostal.

Avant de prendre la direction, j’ai enseigné l’histoire-géo pendant dix ans et j’étais l’adjoint de Christian Gautier. Pour être exhaustif, avant d’être en poste à Rostrenen, entre 1981 et 1983, j’ai effectué des suppléances dans différents établissements.

Que diriez-vous de vos années passées à la direction de cet établissement ?

Quand je suis arrivé à Rostrenen, étant originaire du Trégor rural, je me suis tout de suite plu. J’ai particulièrement apprécié les relations avec les familles, toujours dans le respect du rôle de chacun. La taille de l’établissement, certes assez grand, reste à taille humaine. Cela facilite la convivialité.

Quels grands événements ont marqué votre carrière ?

La fusion des collèges et lycées de Rostrenen et Gouarec, en 1997, a engendré une réorganisation de nos établissements respectifs, avec la volonté de consolider nos deux sites. Les deux collèges ont été préservés et une section Ulis [N.D.L.R. : Unité localisée pour l’inclusion scolaire] a été créée à Rostrenen.

Concernant les lycées, nous nous sommes attachés à faire de Gouarec, un pôle paramédical et social. Aujourd’hui, nous y proposons notamment quatre promotions de BTS services et prestations des secteurs sanitaire et social (SP3S).

Quelle satisfaction personnelle tirez-vous des vingt-huit dernières années ?

Malgré la déprise démographique, l’idée chère à toute l’équipe consiste à former et garder les jeunes dans ce territoire du Centre-Bretagne. Et dans ce domaine, nous y parvenons plutôt bien, quand on sait qu’un tiers des enseignants sont d’anciens élèves de Campostal. Cette « politique » assure une vraie stabilité des équipes.

Avez-vous un ou des regrets à formuler ?

En 2019, on a appris de façon brutale la fermeture des classes préparatoires aux concours des écoles d’infirmiers et autres formations médico-sociales, sur le site de Gouarec ; l’accès à ces écoles s’effectuant alors via Parcoursup. Nous n’avons pas pu anticiper ces fermetures. Cela nous a fait perdre un potentiel de 120 élèves environ. Mais, nous avons bénéficié d’une petite compensation, avec l’ouverture d’une deuxième section de BT SP3S et la mise en place d’une classe passerelle vers l’enseignement supérieur.

Qui va vous succéder à la direction du groupe scolaire ?

Pour la première, une femme est nommée directrice. Il s’agit de Charlotte Rousselet qui a 35 ans. Actuellement, elle travaille à la Direction de l’enseignement catholique en tant que chargée de mission dans le domaine de l’orientation et des études supérieurs.

Sur le plan personnel, comment allez-vous occuper votre retraite ?

J’ai été élu maire de Plounévez-Quintin, en mai 2020. Je suis, par ailleurs, vice-président à la CCKB (Communauté de communes du Kreiz-Breizh), en charge de l’enfance, de la jeunesse et des mobilités. Aussi, il ne fait nul doute que je vais avoir de quoi m’occuper dans un territoire que j’aime et où je suis bien ancré.
Extrait du Ouest-France du 25 juin 2021