- GOUAREC : les étudiantes mettent en scène l’addictologie -

Accueil > ACTUALITÉS > GOUAREC : les étudiantes mettent en scène l’addictologie
GOUAREC : les étudiantes mettent en scène l’addictologie

La classe des monitrices éducatrices première année du Groupe Scolaire Notre-Dame de Campostal-Gouarec s’est lancée comme défi de réaliser une pièce de théâtre, sur le thème de l’addiction.

Un projet, soutenu par les responsables de cette formation professionnelle, en partenariat avec l’école de musique, danse et théâtre du Kreiz-Breizh (EMDTKB, Arz ‘n Diharz Kreiz Breizh).

Les quinze élèves ont alors été accompagnées, jeudi, par Gwenaëlle Le Doussal, enseignante de théâtre, et Fabienne Lavollé, addictologue à l’hôpital de Plouguernével.

Dans un premier temps, Fabienne Lavollé est intervenue pour présenter ce qu’est l’addiction, ses différentes formes, les comportements inhérents… et en a discuté avec les élèves.

Celles-ci ont alors écrit des scénarios de situations d’addictologies qu’elles ont ensuite travaillées théâtralement avec Gwenaëlle Le Doussal, afin de les mettre en scène et d’en faire une présentation devant les élèves de 4e et de 2e du Groupe Scolaire Campostal-Gouarec, vendredi.

Une réalisation de 50 minutes où chacune a trouvé sa place, voire s’est révélée dans ce voyage vivant de neuf situations thématiques parfois dures (alcool, drogue, boulimie, jeux vidéo, shopping, réseaux sociaux, jeux d’argent, sport, travail scolaire), dans ce qu’elles témoignent de l’isolement, du mal-être, des conflits familiaux ou amicaux que de tels comportements peuvent entraîner.

« Toutefois, ces situations sont traitées avec naturel, humour et ne sont jamais moralisatrices. Elles questionnent »
, souligne Gwenaëlle.

D’ailleurs, à l’issue de la représentation, Fabienne Lavollé a animé un temps de questions-réponses entre les futures monitrices-éducatrices et le public.

« Un joli travail de comédiennes pour ces jeunes femmes qui, pour la plupart, n’avaient jamais fait de théâtre et qui ont su donner de l’émotion et de la fraîcheur à leurs propos »,
se réjouit Gwenaëlle.